belly love

  • florence jaffrain
  • sofa - prototype
    matériaux : mousse souple, textile sensoriel photoluminescent
    dimensions : H 90 x L 170 x P 170 cm

de par sa forme, belly love est directement inspirée du « sarcophyton elegans », un corail mou de l’océan indien. passant du récif tropical au salon parisien, il garde son élégance et gagne en confort devenant tout à la fois paradis des sens et écrin pour le corps. grâce à un textile spécialement créé par l’e.n.s.a.i.t de roubaix avec des matériaux photoluminescents et des micro-capsules intégrées dans la fibre, belly love recrée la luminosité magique des fonds marins, tout en diffusant des parfums d’huiles essentielles. les cils du sarcophyton deviennent une toison à caresser et lorsque l’on accole notre oreille, les battements de son cœur donnent une cadence idylique à ce rêve éveillé. belly love respire aussi et l’on en vient à se demander si c’est un mécanisme, caché sous la mousse à mémoire de forme, ou un véritable souffle de vie qui anime cette membrane. corail ou sofa, synthétique ou organique, la question ne se pose plus lorsqu’on est face à l’objet : en portant la technique à sa perfection, florence parvient à nous la faire oublier. toute cette industrie devient magie et laisse place à la poésie. florence raconte, d’ailleurs, que lorsqu’elle a réalisé le moule en collaboration avec géraldine blin, la forme d’un cœur est apparue toute seule sur le dessous de la pièce… le « ventre d’amour » était né ! c’est un ventre parce qu’il nous replonge dans l’idéal sensoriel de la vie intra-utérine et aussi parce qu’il respire avec la lenteur et la tranquillité d’une figure masculine protectrice…belly love mêle donc des principes masculins et féminins en en gardant le meilleur. il évoque un peu cet idéal mythique de l’androgyne raconté par platon. belly love cultive le paradoxe d’être asexué et sensuel à la fois. sa forme nous enveloppe, on s’abandonne en son sein. on ne s’y couche pas, on s’y love. on s’applique à se calquer sur sa respiration jusqu’à faire parfaitement corps. on ne pense plus qu’à la suggestion du souffle qui va et qui vient comme « la vague irrésolue » sur les récifs coraliens. belly love semble alors une muqueuse érogène, souple et sensuelle qui se laisse emporter en tandem par l’ivresse des sens. ce sofa sensoriel n’est finalement pas un concept accessible à la raison. il faut plutôt le concevoir comme une sensation de bien-être total, d’abandon, de lâcher prise, une harmonie qui stimulerait chaque partie du corps, éveillerait le désir et l’imagination. le belly love de florence jaffrain est au design contemporain ce que la galatée de pygmalion est à la sculpture mythologique : le sofa sensoriel devait seulement contribuer à l’éveil du désir, mais il a finalement pris vie pour devenir lui-même objet du désir.

images

  • florence jaffrain

  • florence jaffrain

  • florence jaffrain

videos

sons